Napoli-Palermo - Martine Voyeux
        
Napoli-Palermo
Mythologies méditerranéennes

Depuis des années je poursuis une histoire photographique qui me mène vers le Sud et les villes mythiques de la méditerranée. Ces villes qui ont été prestigieuses et dont le destin fut, à certains moments de l’histoire, exceptionnel. Des villes oubliées qui ont fait rêver les hommes et qui ont connu une décadence qui les a brisées sans jamais pour autant entamer leur essence profonde, leur âme.

C’est ce côté irréductible qui m’intéresse. Je voudrais évoquer par mes images ce que
chacune a d’unique. Faire ressurgir son passé à travers les images du présent et chercher pour chacune d’elle la nature de ce mystère qui la fait vivre envers et contre tout.
Jeu de miroirs. Le passé transfigure le présent et la vie surgit de ces fantômes. Fascination de l’ambiguité : derrière le désarroi d’une grandeur révolue c’est l’énergie propre à chacune qui m’attache comme un charme bénéfique.
J’ai photographié Séville, Grenade, Tanger, Bethléem, Lisbonne, en noir et blanc et j'ai continué mon parcours en couleur avec Beyrouth ,Saida ,Tripoli et dernièrement Naples et Palerme.

Séville et Grenade incarnent la relation passionnelle à la vie sous toutes ses formes, la
tension entre l’austérité et la sensualité, le religieux et le païen.
Tanger, comme un désir d’Orient, c’est le mouvement perpétuel entre le Nord et le Sud. En même temps qu’elle vous happe dans une douceur cotonneuse, sa situation géographique lui a toujours conféré une destinée internationale symbole de toutes les transgressions.
A l’inverse de l’énergie électrique et éclectique de Bethléem, Lisbonne et l'Alentejo trouve une force dans des glissements immobiles, comme un temps suspendu.
A Beyrouth je suis sidérée par la double identité paradoxale de ce pays .
l' énergie de vie qui -envers et contre tout,derrière les barbelés , défie l'histoire d'une guerre qui n'en finit pas .
Naples et Palerme me semblaient un prolongement naturel et une autre histoire
entre désespoir quotidien et joie de vivre séculaire, dans le mirage d’un paradis brisé.
Top